Le Régime écossais rectifié insiste sur notre dégradation, afin de mieux nous faire sentir les traces lumineuses qui subsistent en nous.

Le Régime Rectifié porte toute sa vigilante attention sur les moyens susceptibles de nous conduire à la plénitude de notre nature spirituelle par un chemin de retour vers la source originelle de la « Lumière », le rituel d’Apprenti ne nous disant pas autre chose lorsqu’il nous délivre cet enseignement : « L’Orient maçonnique signifie la source et le principe de la lumière que cherche le Maçon. Elle vous a été représentée par le chandelier à trois branches qui brûlait sur l’autel d’orient comme étant l’emblème de la triple puissance du Grand Architecte de l’Univers. Cette lumière est le premier vêtement de l’âme, l’habit qu’on vous a donné n’en est que la figure et sa blancheur en désigne la pureté. Le signe qu’on vous a donné, séparant la tête d’avec le buste, vous rappelle la supériorité originelle de l’homme sur tous les animaux ; gardez-vous donc d’assimiler sa nature à la leur.» [1]

Il est de ce fait non surprenant que le Rectifié insiste à ce point sur notre dégradation, afin de mieux nous faire sentir les traces lumineuses qui subsistent en nous, et que nous avons le devoir de préserver.

Le Phénix Renaissant, n° 3, « Le devenir du Régime Écossais Rectifié », 2017, pp. 46-47.

Note.

  1. Rituel du Grade d’Apprenti, 1802.